Chapelles et calvaires

 

La chapelle Notre-Dame du Sacré-Coeur

 

Elle a été construite à la fin du siècle dernier à l'endroit où se trouvait le reposoir qui avait été aménagé pour les paroissiens de Liebsdorf qui, jusqu'à la construction de leur église Saint-Gualbert venaient suivre l'office à Durlinsdorf.

La chapelle abritait depuis 1983 une statue de Notre-Dame du Sacré-Coeur, offerte par une habitante du village. Statue réalisée en pierre reconstituée par un artiste parisien, Luizetti (spécialiste, entre autres, de la restauration d'oeuvres du Panthéon), d'après l'original d'Issoudun, Notre-Dame du Sacré Coeur par Chambolt.


La chapelle Notre-Dame de la Paix

 

Un petit oratoire, dans un cadre ombragé, situé à gauche de la route qui nous mène de Moernach à Durlinsdorf, nous donne envie de nous arrêter et de goûter à ce lieu de paix et de sérénité.

On parle de cette chapelle depuis bien longtemps. Son origine remonterait au 17ème siècle, du temps de la guerre contre les Suédois. Les combats étaient très durs et très violents. Des guerriers de Hanovre étaient engagés dans les combats. Certains guerriers ont fait voeu de construire une chapelle à cet endroit, s'ils survivaient à cette guerre. Ainsi on a appelé cette chapelle «s'Hànoverkàpala».

Plus tard, on a parlé de «I'Oberkàpala», parce qu'elle est située là, sur le haut du village. Si à chaque guerre, la chapelle a été détruite, les villageois, et plus spécialement les «voisins» du haut du village, ont uni leurs efforts pour reconstruire l'oratoire.

Dans la chapelle, on trouve deux statues : une statue de la Vierge, et une statue de Saint Nicolas datant probablement du début du 16ème siècle. Sur la grille, une colombe de la paix.

 Calvaire à la sortie du village (direction Mooslargue)

 

 calv basOn ne connaît pas précisément l'origine de ce calvaire, ni sa raison d'être. Sa présence, au bord de la route, peut s'expliquer par un accident survenu autrefois mais le calvaire, depuis bien longtemps, ne portait ni date, ni plaque et peut-être n'en a-t-il jamais porté. Il est situé sur un terrain qui appartenait autrefois à Justin Dietlin, mais qui est devenu terrain communal avec le remembrement de 1971. On se souvient juste à Durlinsdorf que le calvaire avait été rénové en 1929 et inauguré le jour du «Hagelfirtig » (littéralement, le jour férié de la grêle) par le curé Dietlin :« La population s'était rendue à Mooslargue pour les rogations et c'est au retour que le calvaire a été inauguré ». Les rogations sont des prières publiques, accompagnées de processions, dans les trois jours qui précèdent l'assomption. Elles étaient destinées à attirer la protection divine sur le bétail, les récoltes et les travaux des champs. A Durlinsdorf, ce « Hagelfirtig » fut institué après une violente tempête de grêle qui détruisit l'ensemble des récoltes, à une époque où les assurances pour ce genre de dégâts n'existaient pas. L'ampleur du sinistre fut tel qu'il marqua longtemps la mémoire collective.

 Calvaire de Mooslargue

 

calv moos

 

 

 

 

 

Mooslargue est la commune créée en 1975 par la fusion de Moos et de Niederlarg. Les deux villages étaient situés de part et d'autre de la voie romaine Largitzen-Durlinsdorf qui s'appelle encore Totenweg, le chemin des morts, parce que les gens de Moos l'empruntaient pour aller enterrer leurs morts à Durlinsdorf. L'écriteau de cette croix rappelle cette période:" Bis 1803 fuhren di Toten diesen letzten Weg nach Durlinsdorf".